Mon oncle (et sa Dame rousse)

Une loi coutumière avait relégué sur ces pentes arides les criminels qui s’étaient rendus coupables d’un forfait assez grave pour mériter le bannissement, mais pas infâmant au point qu’ils dussent être punis de mort. S’ils étaient capables d’échapper aux crocs des loups, ils avaient une chance de survivre. La suite !

De la gaulité dans le règne primal

En ces temps immémoriaux, cher Alexandre Dumas, je vis comme les citadogènes. Je participe à leur quotidienneté, malgré les nausées de la grossesse.
J’observe ton peuple sans interférer, car un observateur civilisé est invisible à l’oeil nu des indigènes, et à l’oeil habillé des citadogènes.
La suite !

Alpha, vu par Cases d’Histoire

Barroux et Bessora ont réussi à faire de cette histoire singulière un archétype de toutes les histoires de pauvreté et d’espoir, quels que soient les continents ou la couleur de peau des protagonistes. Cet album fait penser aux récits laissés par les émigrés européens à leur arrivée à Ellis Island. Le parcours est le même, les émotions aussi. L’histoire recommence, dans un autre sens… La suite !

Du blasphème chez Frank Underwood, et chez François Marie Faux Cul

Fils d’un état du sud, Frank Underwood devrait finir bouseux, comme son père, un raté qui n’a même pas la main verte. Mais il rencontre Claire, une brunette de Dallas, pleine aux as. Elle lui donne sa main,  le congrès américain, la vice-présidence étasunienne, et puis  enfin la maison blanche. Entretemps, elle change de couleur de cheveux : le peuple … La suite !

Alpha, vu par L’Huma !

Alpha, c’est le récit de l’immigration d’un homme parti d’Abidjan pour retrouver sa femme et son fils à Paris. Un récit dur et intime d’un homme dont le destin est le même que beaucoup d’autres. Plus fort que les nécrologies compassées de tous les JT du 20 heures… Pour rejoindre sa femme et son fils dont il n’a plus de … La suite !

Quoi, Salomon, vous êtes juif !

Une petite grosse aux yeux noirs ; Bianca imagine une petite grosse aux yeux noirs. Avec des dents grises. Un grand maigre aux yeux bruns ; Bianca voit un grand maigre aux yeux bruns. Avec des dents jaunes. Quelques pages plus loin, le narrateur précise : le grand Noir aux yeux bruns, toujours aussi maigre.
— Tiens, pense Bianca, c’est un Noir, ce grand maigre. Le narrateur aurait dû la prévenir tout de suite. La suite !

Cueillez-la, jolis Messieurs

« Deux fois par siècle, vos aïeux changent de couverture et vos aïeules de vernis. Ils sourient à toutes les révolutions. Mais aucun souffle n’ébranle jamais votre arbre généalogique. Pas le début d’un frémissement dans la plus petite branche. Votre famille perpétue ses traditions, se transmettant, de génération en génération, un balai, un tapis, la poussière de ses dénis. Vos parents … La suite !