La Lutte Des Classes Moyennement Classes de Oui La France

Cette femme me donne son nom, mais j’oublie déjà comment elle s’appelle.
Pourtant, elle  me propose un rendez-vous, dans l’après-midi,  à côté de l’école militaire.
– Je vous attendrai au fond de la cour de l’immeuble, monsieur. N’oubliez pas de venir avec les chèques. Ou du liquide, si vous préférez.
.

.
Y  aller.
D’abord, prendre un bus  jusqu’à un terminus quelconque : tous les chemins mènent à l’école militaire. Je m’assieds sous un abri,  j’attends le bus, n’importe quel bus.
Le tonnerre me gronde. Et  la foudre se déchaîne sur moi. Il pleut. Le ciel sort de ses gonds, la Seine sort de son lit. Les élements se liguent contre moi. Ils me houspillent. Tout ça parce que je suis une classe moyenne. Pourquoi faut-il que les classes moyennes souffrent plus que les autres ?  Le bus arrive. Quittons ces marécages qui me haïssent.

Mon transport en commun s’appelle le bus n° 82. C’est une Terra Incognita aux relents d’hospices, de sueurs mal contenues et d’aigreurs corrosives comme l’acide chlorhydrique. La plupart des indigènes de cette Wolkswagen poissarde ne me reconnaissent pas, ne se reconnaissent pas, ne reconnaissent rien du tout, mais avoueraient tout si on leur chatouillait les pieds.
.

.
Je suis assis sur une chaise solitaire, mon portefeuille collé contre mon cœur avec une photo de ma femme à l’intérieur. Et ces voyageurs anthropophages de classe moyenne du bus n°82 voudraient me faire bouillir dans une marmite ? Longtemps, assez longtemps pour que ma chair s’attendrisse. Après, ils s’entre-mangeraient. Vite, l’école militaire ou je fondrai dans leurs gosiers pour le goûter.

Je descends. Je sors de là, poisseux comme une anguille. J’entends le ululement du crocodile. Il m’appelle. A moins qu’il ne s’agisse d’une chouette qui me signale la présence d’un boa.

Je suis en retard.

Elle aussi.

J’attends devant la porte cochère dont elle m’a donné l’adresse. Cette femme que je ne connais pas, je ne veux pas m’en souvenir.

.

.
La voilà qui arrive. Elle me fait  Bonjour. C’est vous ? Je lui fais  C’est moi, oui. Et vous ? C’est vous ?  Oui, qu’elle me fait, c’est moi.
Elle m’invite à la suivre dans l’immeuble.
Ses nichons misérables sont rembourrés par un Wonderbra. Son sourire innocent ment comme sa blondeur factice, ses dents longues révèlent un instinct de tueuse mal lavée.
– Premier étage sans ascenseur, elle m’annonce.
J’hésite à la suivre. Si l’on doit m’assassiner, je refuse que ça se passe dans cette cage d’escalier délabré. Mais elle me rassure. La copropriété a voté des travaux pour l’après sarkosysme. On repeindra les mur en bleu Marine. Parce que Oui la France.

Une porte blindée s’ouvre sur un sombre studio aménagé comme une garçonnière honteuse. Est-ce que j’ai commandé une garçonnière, moi ? Elle m’affirme que oui. Ça se serait passé aujourd’hui sur internet vers les deux heures du matin, après la proclamation des résultats définitifs de l’élection Protection France. Même qu’elle a mon adresse IP. Même qu’ il paraît que j’avais du chagrin. Elle aurait de quoi me consoler. Ni droite, ni gauche, devant.  Bon… Bon… Bon… Bien au contraire.
.

Elle demande ma carte de crédit middle class.
–        Ah non, je dis, ce n’est pas moi !
Le fond de ses yeux luit d’une avidité ultra-libéralo-socialiste.
– Chèque ? elle demande.
– Ne soyez pas vulgaire.
– Liquide, alors. Ca ne laisse pas de traces. Enfin… ça dépend quel liquide !
Elle éclate de rire. Je balbutie avec candeur :
– Je suis désolé. Bien entendu, tous les… justificatifs… que vous demandez, je les ai.
Une douce moiteur dans son regard.
–  C’est quand même pas la première fois que vous venez voir une pute, monsieur Str…
–  Chutttt !
Elle me détaille des pieds à la tête. Ses narines frémissent  d’une hésitation molle.
– Ecoutez monsieur Strau…
–  Chutttt !
–  Chutttt peut-être, monsieur Strauss ! Mais enfin l’heure tourne !  L’heure a tourné. Reconnectons-nous quand vous serez moins tiède ? Je ne sais pas, moi. Après les élections législatives de Oui la France?
–  Chutttt !
Elle m’expulse poliment.
.

Par Deligne

.

Un autre homme monte dans l’escalier, le regard perdu, une  mine de chien battu, l’allure d’un réfugié bosniaque bâtisseur de squat, ou d’un électeur de Jean-Luc Mélenchon. Ce pauvre type ne semble même pas pouvoir s’offrir une travailleuse du sexe édentée… Et il me volerait mon bonheur ? Combien elle lui demande, à lui ? Est-ce qu’on va venir le faire chier, lui, avec des histoires de proxénétisme ?   Pourquoi les classes moyennes comme moi payent toujours plus que les autres ?
Il faut que ça change.
Moi, j’avais un destin.
Vengeance.
Je voterai  Wauquiez en 2017.
.

Pour marque-pages : Permaliens.

56 réponses à La Lutte Des Classes Moyennement Classes de Oui La France

  1. Lecteur à lunettes dit :

    On pense un peu à 53 cm avec la scène du bus… je ne m’en lasse pas…

  2. Lecteur à lunettes dit :

    On pense un peu à 53 cm avec la scène du bus… je ne m’en lasse pas…

  3. François Fromage dit :

    J’aurais été élu, vous savez, j’aurais gagné la primaire même si l’ours en rut ne s’était pas perdu chez les putes… D’ailleurs, les putes, Sarkozizi leur a fait la vie dure (sans doute parce qu’il a la bite molle), moi, président de la république, les putes peuvent tapiner (la preuve Nadine M), moi, président de la république, les putes peuvent sucer, moi, président de la république, les petits enfants auront des sucettes à l’école, moi, président de la république, on aura tous du Goudat au lieu du Président…

    • Angela Maquerelle dit :

      Viens dîner à la maison, je te prépare de la choucroute mon chou. Toi, président de la république, ce s’ra une autre trique qu’avec Nico Sarcophage…

  4. François Fromage dit :

    J’aurais été élu, vous savez, j’aurais gagné la primaire même si l’ours en rut ne s’était pas perdu chez les putes… D’ailleurs, les putes, Sarkozizi leur a fait la vie dure (sans doute parce qu’il a la bite molle), moi, président de la république, les putes peuvent tapiner (la preuve Nadine M), moi, président de la république, les putes peuvent sucer, moi, président de la république, les petits enfants auront des sucettes à l’école, moi, président de la république, on aura tous du Goudat au lieu du Président…

    • Angela Maquerelle dit :

      Viens dîner à la maison, je te prépare de la choucroute mon chou. Toi, président de la république, ce s’ra une autre trique qu’avec Nico Sarcophage…

  5. Soeur Tout Sourire dit :

    Dieu m’avait inspirée, dans ma virginité immaculée, je ne savais pas ce que je prédisais quand je chantais : DOMININQUE, NI-QUE, NI-QUE s’en allait dans la forêt…

  6. Soeur Tout Sourire dit :

    Dieu m’avait inspirée, dans ma virginité immaculée, je ne savais pas ce que je prédisais quand je chantais : DOMININQUE, NI-QUE, NI-QUE s’en allait dans la forêt…

  7. Aurélie Ravioli dit :

    Je ne suis plus verte
    j’ai bien fait de changer de crêmerie
    je ne suis pas moisie
    (la preuve je ne suis plus verte)

  8. Aurélie Ravioli dit :

    Je ne suis plus verte
    j’ai bien fait de changer de crêmerie
    je ne suis pas moisie
    (la preuve je ne suis plus verte)

  9. Martin Roi dit :

    Quand est-ce que Najat sort son fouet ?

  10. Martin Roi dit :

    Quand est-ce que Najat sort son fouet ?

  11. Père Austère dit :

    Une quête est organisée ce dimanche aux églises d’Auteuil, Passy et Neuilly : il faut sauver Françoise Rady ! Je compte sur votre générosité ! Vive Dieu !

  12. Père Austère dit :

    Une quête est organisée ce dimanche aux églises d’Auteuil, Passy et Neuilly : il faut sauver Françoise Rady ! Je compte sur votre générosité ! Vive Dieu !

  13. Martin Roi dit :

    Ton ceinturon peut aussi faire l’affaire, tu sais, Najat, je t’aime ! Et je le répéterai tant que tu ne m’auras pas baillonner (tu peux même commencer par me ligoter à poil au radiateur) : je te promets de voter pour toi pour toujours !

  14. Martin Roi dit :

    Ton ceinturon peut aussi faire l’affaire, tu sais, Najat, je t’aime ! Et je le répéterai tant que tu ne m’auras pas baillonner (tu peux même commencer par me ligoter à poil au radiateur) : je te promets de voter pour toi pour toujours !

  15. Amélie Nono dit :

    Je n’ai pas tant peur de Martin Roi que de Laurent W : il a vraiment un regard pervers sur la photo, vous ne trouvez pas ?

  16. Amélie Nono dit :

    Je n’ai pas tant peur de Martin Roi que de Laurent W : il a vraiment un regard pervers sur la photo, vous ne trouvez pas ?

  17. Bernard Mouche-Blair dit :

    François ! Je t’envoie mon CV pour le ministère de la santé ? J’ai de l’expérience, je peux t’être très utile, tu sais… Comment ? Utile aux Français ? Pas besoin : ça fait longtemps qu’ils sont foutus…

  18. Bernard Mouche-Blair dit :

    François ! Je t’envoie mon CV pour le ministère de la santé ? J’ai de l’expérience, je peux t’être très utile, tu sais… Comment ? Utile aux Français ? Pas besoin : ça fait longtemps qu’ils sont foutus…

  19. Martin Roi dit :

    Moi, je préfère les Maîtresses…

  20. Martin Roi dit :

    Moi, je préfère les Maîtresses…

  21. Marine Nationale dit :

    Le Parti des Suceurs (PS) a battu l’Union Merdique des Papis (UMP), il n’y a pas de quoi en faire tout un fromage (de Hollande) !

  22. Marine Nationale dit :

    Le Parti des Suceurs (PS) a battu l’Union Merdique des Papis (UMP), il n’y a pas de quoi en faire tout un fromage (de Hollande) !

  23. Lecteur à Lunettes dit :

    Les mecs, vous êtes lourds : vous croyez vraiment que vos commentaires pourris ont leur place ici ? L’obscurité de leur nullité est soulignée par la lumineuse plume de Bessora !

  24. Lecteur à Lunettes dit :

    Les mecs, vous êtes lourds : vous croyez vraiment que vos commentaires pourris ont leur place ici ? L’obscurité de leur nullité est soulignée par la lumineuse plume de Bessora !

  25. Martin Roi dit :

    Najat, est-ce que tu pues des pieds ? Non, je te demande ça parce que…

  26. Martin Roi dit :

    Najat, est-ce que tu pues des pieds ? Non, je te demande ça parce que…

  27. Martin Roi dit :

    …parce que je peux les laver, avec la langue…

  28. Martin Roi dit :

    …parce que je peux les laver, avec la langue…

  29. Lecteur à Lunettes dit :

    Bessora ? Bessora ?
    Tu n’es pas dégoûtée d’écrire pour ces ploucs ?
    Ton si beau talent pour de si vils oreilles !
    C’est écoeurant…

    Bruno ? Bruno ?
    Rehausse le niveau !
    Y a urgence, là…
    Laisse-nous l’un de tes commentaires bien senti,
    plein d’ironie
    et plein d’esprit
    comme tu en as le secret…

    • Bernard Majax dit :

      Esprit ? Es-tu là ?

      • Martin Roi dit :

        Oui, elle est là, je sens son essence, je sens sa sueur de ses pieds, ô délicieuses effluves suintant dans mes naseaux de maso ! NAJAAAAAAAAAAAAAAAATTTTTTTTTTTTTTTTTTTT !!!!!!!!

  30. Lecteur à Lunettes dit :

    Bessora ? Bessora ?
    Tu n’es pas dégoûtée d’écrire pour ces ploucs ?
    Ton si beau talent pour de si vils oreilles !
    C’est écoeurant…

    Bruno ? Bruno ?
    Rehausse le niveau !
    Y a urgence, là…
    Laisse-nous l’un de tes commentaires bien senti,
    plein d’ironie
    et plein d’esprit
    comme tu en as le secret…

    • Bernard Majax dit :

      Esprit ? Es-tu là ?

      • Martin Roi dit :

        Oui, elle est là, je sens son essence, je sens sa sueur de ses pieds, ô délicieuses effluves suintant dans mes naseaux de maso ! NAJAAAAAAAAAAAAAAAATTTTTTTTTTTTTTTTTTTT !!!!!!!!

  31. Jean-Mac Carty-Roberts dit :

    Bon. Il faut faire quelque-chose, là. Ca peut plus durer. Si on rétablissait la censure ? Ce s’ra moi le CS (Censeur Suprême) : il n’y a que moi qui ai bon goût.

  32. Jean-Mac Carty-Roberts dit :

    Bon. Il faut faire quelque-chose, là. Ca peut plus durer. Si on rétablissait la censure ? Ce s’ra moi le CS (Censeur Suprême) : il n’y a que moi qui ai bon goût.

  33. Le vrai et seul Bruno dit :

    Tout ça pour une pute ! Il n’y avait vraiment pas de quoi fouetter une queue ! JNVSP

  34. Le vrai et seul Bruno dit :

    Tout ça pour une pute ! Il n’y avait vraiment pas de quoi fouetter une queue ! JNVSP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *