Histoire d’@

 

D’aucuns affirment l’avoir aperçu au 6ème siècle, dans des textes latins.

 

Un@ dans un texte latin du 6ème siècle  (vu sur Journal d’un Epicurien et de sa Mona)

Sans doute exagèrent-ils un peu, ces latinistes, car comment sauraient-ils que l’@ était là, alors qu’ils n’étaient même pas nés ? Accordons-leur donc un 12ème siècle, même s’ils n’étaient toujours pas nés. Admettons, bon d’accord, qu’à cette époque, l’@ est une abréviation de la préposition «ad ». Un D vient lascivement enlacer un A puritain, et se fondre en lui pour dire « chez, vers, à ».

Des années plus tard,  les généalogistes de l’arobase ne sont toujours pas nés, pourtant ils nous assurent que le A et le D  s’embrassent toujours sur l’adresse de documents officiels : @ SSMM Ludov. & Marg. R&R Francae. Devine un peu ce que ça veut dire… Ci-dessous un indice :

Louis IX et Marguerite de Provence découvrant une Boîte aux Lettres Electronique

Beaucoup plus tard, vers seize cent quelque chose, les généalogistes ne sont toujours pas nés. Cela n’empêche pas les marchands portugais d’utiliser l’arroba, qu’ils écrivent  @. Celui-là est natif d’Arabie, car  les Moricauds n’ont pas donné que le zéro, ils ont  aussi offerts  l’«ar-rouba». L’arroba portugais, par décret arabe, c’est un quart de quintal, 25 livres espagnoles, ou 11.5 kilos bien de chez nous.
Jusqu’à ce que souffle le vent mauvais du système métrique…  il balaie tout sur son passage, et surtout l’arroba.
Aujourd’hui que nous sommes enfin tous nés, il existe encore des vestige de feu arroba : on l’utilise pour peser les taureaux avant la corrida, on s’en sert pour mesurer les vins portugais. De là à en faire un séparateur d’adresse électronique, et même… un Cyr@no, hum, il n’y avait qu’un pas…

Taureau S’Envoyant Un Message Electronique (d’une oreille à l’autre)

Plongeons dans le siècle d’après le 17ème, ou l’@ est utilisé aux USA.
3 breads @ $ 10, c’est 3 pains à 10 dollars pièce.
72nd str. @5th av, c’est un arrêt de bus sur la ligne 138 du Metrobus de Miami Dade : 72ème rue, à hauteur de la 5ème avenue.
Mais personnellement, je vous déconseille les transports publics de Floride, même si les Américains, qui nous ont proposés des machines à écrire dès 1873, ont eu la brillante idée de graver  l’@ sur les claviers de leur ingénieuse invention, de sorte que l’arobase est arrivé jusqu’à l’ordinateur de l’ingénieur Tomlison…

Et Tomlinson créa l’arobase ?

C’est De Sa Faute

1971, l’ingénieur new-yorkais se dit « Et si j’envoyais un message d’un ordinateur à un autre ». En voilà une idée stupide. D’autant qu’ il lui faut une adresse en deux parties : la partie Qui, et la partie Où. Car on ne mélange pas le Qui et le Où. L’inventeur du courrier électronique cherche donc un signe sur le clavier, pour séparer l’utilisateur, et l’emplacement de la boite de réception. Pourquoi pas ce @ couché au-dessus du P ? Un simple Shift + P suffit à l’actionner.
Alors une nouveauté l’arobase ? Un ressuscité, oui ! Ray Tomlinson l’a sauvé de l’extinction…

Mais il faut quand même être tordu comme un Français, un Espagnol ou un Portugais pour donner un nom à l’arobase, alias arroba.
Les autres, voyez-vous, ils ne s’encombrent pas de complications linguistiques.
L’anglais dit «at», un point c’est tout.
L’allemand et le Néérlandais disent «queue de singe», et puis voilà.
Le Finlandais dit «Signe du miaou» (miukumaiku).
Et le danois parle du « a avec une trompe d’éléphant ».
L’Esperanto parle d’ « escargot », et d’autres barbares nous donnent du « caneton », de la « brioche à la cannelle », ou du « strudel » (en hébreu, si).
Il me semble pourtant que la Commission générale de terminologie et de néologie de la Délégation générale à la langue française a dit et redit et re-re-redit que @ devait se prononcer arrobe !

@ SSMM Ludov. & Marg. R&R Francae ?
A Leurs Majestés Louis et Marguerite Roi et Reine de France, escargot et caneton en signe du miaou, avec une trompe d’éléphant.

Pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Histoire d’@

  1. le vrai et seul bruno dit :

    Arroba, Arroba n’est ce pas le cri de la souris la plus rapide du mexique ? Bref tout cela pour une simple histoire de signes. Je remarque que vous en profitez pour reparler de votre dernier roman…N’est-ce pas là de la publicité cachée ? Quant au système mes triques, je m’en bas les c… Je tiens cependant à rester poli et comme d’habitude…JNVSP

  2. le vrai et seul bruno dit :

    Arroba, Arroba n’est ce pas le cri de la souris la plus rapide du mexique ? Bref tout cela pour une simple histoire de signes. Je remarque que vous en profitez pour reparler de votre dernier roman…N’est-ce pas là de la publicité cachée ? Quant au système mes triques, je m’en bas les c… Je tiens cependant à rester poli et comme d’habitude…JNVSP

  3. Cyr@no dit :

    Intéressant. Et toujours ce ton déjanté, ironique et poétique. Je suis bien content de vous M@man, tous les personnages n’ont pas la chance d’avoir un auteur aussi t@lentueux.

  4. Cyr@no dit :

    Intéressant. Et toujours ce ton déjanté, ironique et poétique. Je suis bien content de vous M@man, tous les personnages n’ont pas la chance d’avoir un auteur aussi t@lentueux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *