Elisabeth Louise Vigée Lebrun de Beauvoir, dite Simone

Vigée Le Brun est une voie parisienne, 15ème arrondissement, fief d’une bourgeoisie semi-bohème pratiquant l’amour du migrant à mi-temps. Mais c’est aussi une Elisabeth Louise, Vigée dame Le Brun, peintre de son état, peintresse si vous clitorisez. Allons enfants des Nuits debout, le jour de Beauvoir est arrivé.


 
 

Comme toute Simone c’est une femme, il convient de le préciser sans quoi les gens la prennent pour un homme, femmes comprises. Blanche de peau, inutile de le spécifier car c’est la couleur normale, Alexandre Dumas inclus. Présentée dernièrement au musée du Grand Palais en ces termes délicatement misogynes : Élisabeth Louise Vigée Le Brun est l’une des grandes portraitistes de son temps, à l’égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.Soyons misandre pour rétablir l’équité, disons de Quentin de La Tour qu’il est un grand portraitiste à l’égal de Vigée Lebrun.

Petite bourge du siècle 18, Louise est la copine de Marie-Antoinette, et la victime des siècles, le sien et les suivants. En son temps, elle est cantonnée au portrait, le Bel-Art étant réservé aux hommes. Le siècle d’après, on la retrouve dans une Biographie Universelle Ethnocentrée, en tant qu’épouse d’un Jean-Baptiste qui peignait beaucoup moins bien. Au siècle de Sartre, des féministes en bandes lui reprochent sa tendresse maternelle : la peintresse est dotée d’un utérus, saloperie, en plus elle est narcissique, une qualité qui devrait être réservée aux seuls mâles. Ecoutons à ce sujet Simone de Beauvoir de Saint-Germain-des-Prés de Pas d’Argenteuil. Le livre et le tableau ne sont qu’un intermédiaire inessentiel, lui permettant d’exhiber cette essentielle réalité : sa propre personne. Aussi est-ce sa personne qui est le principal – parfois l’unique- sujet qui l’intéresse : Mme Vigée-Lebrun ne se lasse pas de fixer sur ses toiles sa souriante maternité .

Moi je m’en fous, Louise, ta maternité souriante me sied. Elle s’appelle Julie, ta petite, ses portraits mièvres me bouleversent, comme le visage de Julie Manet en deuil de son père.

Elle a tout pour réussir, ta Julie, le minois, le milieu, la maman. Mais quelque chose se déglingue, sans doute ta gloire l’étouffe, alors elle t’échappe par mariage avec un enfoiré. S’émancipe de Gaëtan au bout de quelques années, retourne à la civilisation, soit à la dévotion au plaisir d’hommes mal mariés. Finit ses jours jeune et malade, Julie, salie et humiliée dans une chambre de bonne. Un bouge comme n’en connaîtra jamais un Sartre de Beauvoir de Saint-Germain-des-Prés de Nuit debout de République.

vigee lebrun

 

de beauvoir

 

 

600px-Vigée-Lebrun,_Marie_Louise_Elisabeth_-_Self-Portrait_in_a_Turban_with_Her_Child_-_1786

Taggé , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Elisabeth Louise Vigée Lebrun de Beauvoir, dite Simone

  1. Magnifique tableau en effet. Mais pour certains, le bonheur est vulgaire… Tant pis pour eux !

  2. bruno le seul le vrai dit :

    Simone, c’est comme une chambre de bonne. On a l’impression qu’elle en est locataire, alors qu’elle en détient la propriété. JNVSTP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *