Pouchkine, Dumas, et moi, et moi et moi

dumas

J’exhume ici un entretien, questionnaire typiquement adressé aux hybrides de couleur qui font chier le monde avec leur multicolorisme. Quand même, s’inquiète le pur-sang noir ou blanc, ils font chier le monde à n’être « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre »(Verlaine, oui, je suis la femme de son rêve pénétrant). Pouchkine et Dumas, je crois, n’auraient pas mieux répondu que moi, Coluche non plus, étrange métis pourtant.


 

Bessora… Qu’est-ce qu’un texte métis et peut-on parler d’une esthétique métisse en littérature d’après vous et comment la définiriez-vous?

Je l’ignore.


Bessora… Qu’est-ce qu’une culture métisse à votre avis ?

Je sais pas.

Bessora… On est tous métis disent certains partisans du métissage. Selon vous à partir de quand peut-on parler de métissage et qui définit qu’il y a métissage ?

Chacun dit ce qu’il veut. Je ne sais pas à partir de quand on peut parler de métissage On n’a rien dit quand on a dit qu’on était métis.

Bessora… D’après vous, le métissage constitue-t-il une réalité à aborder dans une perspective dialectique et conflictuelle ? Pourquoi ?

C’est une hypothèse que vous avez formulée ? Je n’ai pas les moyens d’y répondre.

Bessora… Dans la littérature existante consacrée au thème métissage, le métis est souvent associé aux notions de la faute et de la transgression. Pensez-vous que ce lien entre le métissage et la faute persiste malgré l’évolution dans les mentalités du vingt-et-unième siècle ?

L ’évolution  ou le  progrès des mentalités est une hypothèse que l’histoire semble infirmer. Autant qu’elle la confirme. Dune manière générale l’archaïsme des consciences individuelles et collectives coexiste toujours  avec une certaine forme de modernité.

Bessora…  Votre récit est-il plutôt un récit témoignage [qui déclare ce qu’on a vu, entendu, pour établir la vérité] ou un récit documentaire [repose sur des documents, informatif]?

C’est un roman, je crois.

Bessora…  Conviendrez-vous que 53 cm est une apologie du métissage ? [cf. texte métis, langue métisse, personnages métis, esthétique métisse?, etc.]

Pas du tout.

Bessora ?  L’article de Wasafari publié en 2009 signale que vous ne parlez pas les langues maternelles de vos parents. Pourriez-vous me dire pourquoi, alors même que acceptez de parler les variétés de français de leurs pays d’origines ? ! [cf. « Bessora speaks English, but neither the language of her father’s Fang ethnic group nor the German of her mother. Instead she speaks many varieties of French: French French, Gabonese French, Belgian French, Swiss French.”(p. 61)]

Ma langue maternelle est le français. Même s’il s’agissait d’une autre langue, je ne vois rien d’incohérent dans le fait de parler plusieurs langues, ou plusieurs variétés d’une langue.

 

Bessora… Tout discours interagit avec des discours antérieurs déclarent Bres et Nowakowska [(Cf. Jaques Bres et Aleksandra Nowakowska. « Dialogisme : du principe à la matérialité discursive ». In Le sens et ses voix : Dialogisme et polyphonie en langue et en discours. Recherches Linguistiques no 28. Publiées par Le Centre d’études Linguistiques de Textes et des Discours. 2006. Université Paul Verlaine- Metz. U.F.R. Lettres et Langues. Sous la direction de Laurent PERRIN. p.21-48.)][1]. « Un peu comme un tour de parole est toujours à comprendre globalement comme une réponse au précédent tour, tout discours, aussi monologal et long soit-il, interagit avec des discours antérieurs » (cf. p 26). Alors… 53 cm est une réponse à quoi ? Que vouliez-vous montrer en écrivant ce texte ? Pourquoi avez-vous écrit ce texte ?

Je n’en sais rien.

Bessora… Vous êtes le produit du métissage, qu’en pensez-vous ?

Oui, je suis un pur faux.


Taggé , .Mettre en favori le Permaliens.

Une réponse à Pouchkine, Dumas, et moi, et moi et moi

  1. Bon, te voilà prête pour les prochaines élections !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *