Rainbow Nation & One Drop Rule

Un an après la fin de l’apartheid,  une envie de sud, mais de sud du sud, grosse envie. Profitant d’un passage au Gabon, j’y abandonne mon nourrisson, papa et maman peuvent bien s’en occuper maintenant que papa n’est plus candidat président. D’ailleurs, ouf.

j'ai gagné, je gagne, je gagnerai, et même quand je serai mort, j'aurai gagné

J’ai gagné, je gagne, je gagnerai, et même quand je serai mort, j’aurai gagné

Vol audacieux, au-dessus du Cap des tempêtes,  atterrissage non moins périlleux, tout près de Table Mountain.
Bel âge oblige,  direction le dortoir pour jeunes à sac à dos. Mais pas de ségrégation : l’ auberge de jeunesse héberge parfois des vieillards désargentés. Personnes très âgées – de  25 à 30 ans –  qui se croient jeunes et s’autorisent à être pauvre !
M’enfin.

Voulez-vous coucher avec moi, ce soir ou demain matin ?

Voulez-vous coucher avec moi, ce soir ou demain matin ?

Je me souviens d’un Italien à la boucle blonde, 28 printemps et à mon égard une bienveillance d’aîné. Sans complexes, il m’avouait être  venu chercher une femme à marier, celles d’Europe étant  difficilement praticables. Naturellement, il voulait une Caucasienne. Mais les montagnes du Caucase s’érigeant au nord et à l’ouest de l’Azerbaïdjan,  il me semblait qu’il déviait de 9.000 km de son objectif. D’ailleurs il est reparti bredouille, peut-être en direction de la mer Noire ou de celle de Caspienne. Mais en partant, il n’avait pas tout perdu : à défaut de ramener une épouse il avait emporté la cassette de mon magnétoscope. Certes, je n’aurais pas dû le filmer quand il me dévoilait sa mission, malheureusement avortée.

Cape Town Mandela Bessora

A german friend in Cape Town


Cape Town
donc, ses Whites, ses Blacks, ses Coloured,  sur le chemin d’une  réconciliation  que personnifie Nelson Mandela.
Fascinée par ce bel élan, je prends le bus, un jour, illustre bus à deux niveaux dont le plus bas était autrefois réservé aux Whites (oui, ils étaient discriminés).
Telle une Rosie Parks arrivée un an après la bataille, je m’assieds en bas  bien avant le départ. Riche de cette longue avance, je suis le témoin d’un atavisme persistant :  Noirs, Blancs et Colorés ne changent pas d’habitude, chacun se cantonnant  à leurs sièges réservés.
Excepté un touriste hollandais, effrontément assis parmi des gens de couleur.

Rainbow Nation, de personnes étrangères...

Rainbow Nation, mais ici, avec des étrangers…

Un autre jour, je me fonds dans un troupeau de touristes saxons. Au programme, visite d’un vignoble réputé, prendre un autocar réservé. Réglé comme une horloge suisse, le bus privé démarre à l’heure. Vrombissant d’enthousiasme, les plus américains des passagers  jettent des bonbons par la fenêtre.
Au-dehors,  de petits Africains  auréolés de poussière courent en riant après le bus des bon blancs, et  ramassent les friandises avec des murmures ravis.
Je crois que ces touristes sont allés visiter une réserve d’animaux le jour d’après. A n’en pas douter,  ils ont jeté des tranches de jambon par la fenêtre de leur nouvel autobus. Mais les lions, ne sachant pas vivre, ont certainement ignoré leurs bienfaiteurs.
Car les lions sont plus bêtes que les enfants.

Baby Bessora

Elle, elle n’est pas bête

Souvenir d’une rencontre furtive avec une jeune fille dans la rue.
Elle qui me prenait pour une Coloured  comprend vite que je suis une alien. Alors, prise d’un irrépressible besoin de confession, elle se dénonce : en vérité, m’apprend-elle sans que je ne lui ai rien demandé,  elle n’est pas Coloured,  elle est Black. Dans sa bouche, ce mot sonne comme une terrible infâmie.

Cape Town

Mais elle, oui, elle est coloured

Le Coloured cependant est difficile à établir. Il fut une époque où, dans le doute, on pratiquait le « test du peigne ». Soit Craig Cobb, un type accusé de cacher 14% de sang noir. Si c’est vrai, il ne peut raisonnablement mériter l’AOC White, voyons.
Pour trancher, prenons ce peigne et passons-le lui passer dans les cheveux. Si le peigne tombe, il est sauvé. Si le peigne s’accroche, il est Coloured.
Le problème, c’est que le peigne risquerait d’accrocher chez pas mal de monde. Si ça se trouve, vous êtes un Noir qui s’ignore.
Quant aux Noirs, ils n’ignorent pas qu’ils sont souvent des Blancs, mais bien sûr, ils le taisent.

Cape Town Mandela Bessora

A british friend in Cape Town. Qu’aurait conclu le test du peigne ?!

Un jour, je  me  retrouve à Gugulethu, un township 100% black. Or j’ai oublié que je suis coloured. Ce qui, aux yeux des Black de Gugulethu (« Notre fierté ») est pire qu’être White. Car quand Black is beautiful, quoi de plus vil que l’abâtardissement.
Déambulant dans les sentiers de Gugulethu, je m’étonne bêtement que personne ne réponde à mes Hallo !

Au bout du compte, ils finiraient par répondre à mes hallo

Au bout du compte, ils finiront par me répondre, parce que happy end.

Soudan,  un motard à lunettes de soleil surgit. Près de moi, il fait crisser ses roues. Grand nuage de poussière. Comprenant assez vite que je suis étrangère (mon accent germanique), Thando – ça veut dire amour, me dira-t-il -, m’explique qu’on ne débarque pas à Gugulethu avec la langue de l’envahisseur, surtout quand on est coloured. Car enfin, sans les Afrikaans, la race nègre serait vierge de dégradation. Mais Thando n’est-il lui même altéré ? Et si, tel un Craig Cobb, il était corrompu de 14% de sang blanc ?
Ma situation étant vraiment très délicate, je ne lui ferai pas l’affront de lui rappeler aussi que Malcom X est un quart de blanc, ou que  le sang de Bob Marley est à 50% corrompu par un capitaine de la Royal Navy.

Préservation d'un mythe

Tous afro-américians !


Alors je feignis de croire qu’ils étaient des Noirs, comme d’autres croient qu’ils sont des Blancs. Et, les Black de Gugulethu ne me prenant plus pour une Coloured de chez eux,  ils m’ont adoptée.
Du moins pour le reste de l’après-midi.

 

Gugulethu Thando Bessora Cape Town

Taggé , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

2 réponses à Rainbow Nation & One Drop Rule

  1. François Prunier dit :

    Voyage, voyage… et souvenirs… le temps passe…

  2. François Prunier dit :

    Voyage, voyage… et souvenirs… le temps passe…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *