Après Les Couilles De l’Eléphant, Le Collier Du Makoko

La blonde Hélène de Fougerolles et  le bel Eriq Ebouaney se sont récemment donnés la réplique dans Le Collier du Makoko...  Patience Dabany, reine du Djazzé, partage avec eux l’affiche de ce  film, écrit par Robert Darène et  réalisé Henri Koumba J. Bididi.

Clique sur les lunettes de Patience et tu vas pouvoir djazzer si tu peux  !

Grande copine de feu Michaël Jackson, et de Quincy Jones, Patience Dabany est aussi l’ancienne première dame du Gabon. L’ex-madame Bongo servit même de catalyseur à  la branche féminine du parti unique de l’époque  foccartienne. Et puis, après dix-huit ans de bons et loyaux services, elle s’est enfuie aux Etats-Unis ! Omar Bongo n’était-il un mari et un chef de parti éminemment sympathique ?

Messieurs Mobutu et Bongo

Bon. Depuis l’eau a presque coulé sous presque tous les ponts, même si Patience Dabany, née Joséphine Nkama, est aussi la mère de l’actuel chef de l’état gabonais. Bon. D’accord. Et là voilà qui, telle une Carla Bruni Sarkozy, se lance dans le cinéma ?
Attention, à la différence de Carla, Patience n’y est pas tout à fait une débutante… Mais aujourd’hui, elle est en tête d’affiche,  reine téké dans le second film de  Henri Koumba J. Bididi.
Ce cinéaste nous avait déjà  fait goûter à  d’excellentes «Couilles d’éléphant», une oeuvre  diffusée au début du troisième millénaire dans toutes les bonnes salles librevilloises. Je l’ai vu quelques années plus tard, sur une chaîne type Arte. Et je me suis régalée de ces testicules éléphantesques. Qu’en sera-t-il du Collier du Makoko ? Patience Dabany y incarne  la reine Ngalifourou Ngatsibi, petite-fille d’une monarque mythique qui dirigea, 45 ans durant, le grand peuple téké…

 

Bien sûr, le rôle royal à la mesure de l’ex-madame Bongo peut faire trembler, quand on a connu sa période de cheftaine du parti unique… Mais  El Hadj Omar Bongo ne fut-il un pacificateur aussi grand qu’une reine cinématographique  :  pendant  41 ans, il dirigea comme on sait le bon peuple gabonais. Et le RPR. Et aussi le PS. Qu’est-ce que vous croyez?
Sans le cancer, Omar  aurait pu régner encore de nombreuses années. Avec le soutien de l’UMP. Et aussi du PS. Qu’est-ce que vous croyez ? Mais le cancer, vous voyez, ça résiste à tout, même aux barbouzes et aux valises de Bourgui.
Or Omar  avait un fils, qui lui a succédé. Car, comme l’écrit si bien Patrice Lelorain dans Revenants, les enfants, après tout, c’est  une promesse d’éternité pour ceux qui s’en vont. L’observation est particulièrement juste au Gabon, pays éminemment dramaturgique où il n’est pas si simple de monter un film, même si la famille présidentielle est un nid d’artistes.

Ali Bongo, quand il était un artiste

La mère d’Alain (alias Ali), Joséphine Nkama-Bongo alias Patience Dabany, a su mettre à profit son statut de première dame, pour, dans les années 70, écrire et produire deux longs métrages : « Obali » et « Ayouma » ont été réalisés par Pierre Marie Dong et feu Charles Mensah.

Charles Mensah

Ce dernier sera propulsé à la tête du Centre National du Cinéma Gabonais, quelques années plus tard. Ce Charles a été à  l’origine de trop rares, mais de très beaux projets, dont Dôlé (l’argent), d’Imunga Invuga. Et avant de mourir d’une crise cardiaque, le beau Charles a produit Le Collier du Makoko. Les Productions de l’Equateur, c’est lui. N’est-ce elle aussi ? C’est eux ou quoi ? Est-ce que c’est eux, encore eux, toujours le Parti Démocratique Gabonais  ?

Ali Bongo au Parti

Moi, je m’en fous ! Que le Parti  ait, ou non, quelque chose à voir avec ce film, qu’ Hélène de Fougerolles ait, ou pas, quelque chose à voir avec la branche féminine du parti unique, j’irai voir Le Collier du Makoko ! Ne serait-ce que  pour les beaux yeux d’Eriq Ebouaney, qui  jouait Lumumba dans le film éponyme. Ce merveilleux comédien, trop rare  dans le cinéma franco-français,  sévit, outre dans le cinéma franco-gabonais, dans celui d’Outre-Atlantique, et peut-être même celui d’Outre-Australie.

Allez… oublions les 43 ans du  Parti… Vous reprendrez bien  encore un petit coup de Djazzé ?

Pour marque-pages : Permaliens.

22 réponses à Après Les Couilles De l’Eléphant, Le Collier Du Makoko

  1. Harry Cover dit :

    Très documenté ! Vous trouvez ça difficile à suivre ? Vous avez perdu le fil ? C’est que Bessora a tissé son article de manière à vous confronter à l’imbroglio africain. Les puissants, eux, s’y retrouvent, africains et occidentaux…

  2. Harry Cover dit :

    Très documenté ! Vous trouvez ça difficile à suivre ? Vous avez perdu le fil ? C’est que Bessora a tissé son article de manière à vous confronter à l’imbroglio africain. Les puissants, eux, s’y retrouvent, africains et occidentaux…

  3. François Prunier dit :

    A lire aussi : « L’Etat sauvage », de Georges Conchon.

  4. François Prunier dit :

    A lire aussi : « L’Etat sauvage », de Georges Conchon.

  5. Soeur Sourire dit :

    Noirs, Blancs, Jaunes, Beurs, Rouges, métisses, nous sommes tous des enfants de Dieu !

  6. Soeur Sourire dit :

    Noirs, Blancs, Jaunes, Beurs, Rouges, métisses, nous sommes tous des enfants de Dieu !

  7. Uncle Ben's et son hôtesse blonde d'AIR FRANCE dit :

    Surtout ne prenez pas AIR AFRIQUE, car il ne décolle jamais !

  8. Uncle Ben's et son hôtesse blonde d'AIR FRANCE dit :

    Surtout ne prenez pas AIR AFRIQUE, car il ne décolle jamais !

  9. Son Altesse dit :

    Voir également « Le dernier roi d’Ecosse », qui est vraiment un excellent film !

  10. Son Altesse dit :

    Voir également « Le dernier roi d’Ecosse », qui est vraiment un excellent film !

  11. Eddy Murphy dit :

    Y aurait pas un rôle pour moi ?

  12. Eddy Murphy dit :

    Y aurait pas un rôle pour moi ?

  13. Jeanne Mas dit :

    A lire aussi : « Un enfant d’Afrique » d’Olympe Bhely Quenum et « La petite fille à la kalachnikov » de China Keitetsi. Ou encore « La nuit divisée » de Wessel Ebersohn. Trois excellents livres.
    (non mais qu’est-ce que vous croyez, je ne suis pas qu’une petite chanteuse écervelée, la preuve : je suis fan de Bessora dont j’ai lu tous les livres plusieurs fois, j’en connais même des passages par coeur et je planche sur un nouvel album directement inspiré par Cyr@no, ça s’appellera « Si Rano… », c’est bô, non ?)

  14. Jeanne Mas dit :

    A lire aussi : « Un enfant d’Afrique » d’Olympe Bhely Quenum et « La petite fille à la kalachnikov » de China Keitetsi. Ou encore « La nuit divisée » de Wessel Ebersohn. Trois excellents livres.
    (non mais qu’est-ce que vous croyez, je ne suis pas qu’une petite chanteuse écervelée, la preuve : je suis fan de Bessora dont j’ai lu tous les livres plusieurs fois, j’en connais même des passages par coeur et je planche sur un nouvel album directement inspiré par Cyr@no, ça s’appellera « Si Rano… », c’est bô, non ?)

  15. BrunodebrunO. dit :

    ça m’étonne pas de Fougerolles… Les autres, je n’étais pas au courant.

  16. BrunodebrunO. dit :

    ça m’étonne pas de Fougerolles… Les autres, je n’étais pas au courant.

  17. le vrai et seul Bruno dit :

    Donc si je comprends bien, Helène de Fougerolles est la fille d’Omar Bongo ! Charles, son mari, lui offert le collier de Makoko. Alain Bongo est son fils naturel. Il fait des affiches à son effigie.
    Tout cela est clair comme de l’eau de roche.
    JNSVP

  18. le vrai et seul Bruno dit :

    Donc si je comprends bien, Helène de Fougerolles est la fille d’Omar Bongo ! Charles, son mari, lui offert le collier de Makoko. Alain Bongo est son fils naturel. Il fait des affiches à son effigie.
    Tout cela est clair comme de l’eau de roche.
    JNSVP

  19. Lecteur à lunettes dit :

    Dis Bessora, pourquoi tu fais pas du cinéma ?
    C’est vrai quoi, t’es trop belle
    Bien mieux qu’elle
    tu s’rais super…
    Et si tu joues aussi bien qu’t’écris, ouaaaaaaaaaaaaaa…

  20. Lecteur à lunettes dit :

    Dis Bessora, pourquoi tu fais pas du cinéma ?
    C’est vrai quoi, t’es trop belle
    Bien mieux qu’elle
    tu s’rais super…
    Et si tu joues aussi bien qu’t’écris, ouaaaaaaaaaaaaaa…

  21. Euh… Comment dire?… j’ai lu avec bcp d’intérêt cet article avant d’aller me coucher! Je me lèverai probablement tout aussi ignare demain… Je suis en insomnie depuis 1 mois, les neurones en bouillie… Mais même sans ça, j’avoue mon inculture totale sur les sujets politique et cinématographique gabonais… Bon ça n’a rien à voir avec la choucroute, mais j’ai bien aimé le film « case départ » de Thomas N’gigol et Fabrice Eboué sorti cet été! Quelqu’un l’a vu!?

  22. Euh… Comment dire?… j’ai lu avec bcp d’intérêt cet article avant d’aller me coucher! Je me lèverai probablement tout aussi ignare demain… Je suis en insomnie depuis 1 mois, les neurones en bouillie… Mais même sans ça, j’avoue mon inculture totale sur les sujets politique et cinématographique gabonais… Bon ça n’a rien à voir avec la choucroute, mais j’ai bien aimé le film « case départ » de Thomas N’gigol et Fabrice Eboué sorti cet été! Quelqu’un l’a vu!?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *