Les Antilles et la Corse abandonnent la France !

Leur mépris pour la Nation s’affichait déjà dans les journaux télévisés. Rarement s’y invitaient-ils, et quand ils daignaient venir c’était pour des histoires de bombes, de grève générale, ou de profitation.


Ils préféraient faire leurs émissions dans leur coin, sur France Ô, la chaîne du ghetto, là où les gens sont de toutes les couleurs, blanc compris et sans quotas. France Ô, c’est comme la banlieue : on n’y met jamais les pieds, on n’y met pas la zapette. A-t-on jamais vu France Ô dans le zapping de Canal Plus ?

Mais ça n’est que justice : car la France, mes amis, vient d’être lâchée par ses fleurons corses et ultramarins.
Je tiens cette information d’une source incontestable : l’éducation nationale. J’ai même des preuves que je publie ici, au risque d’être convoquée par la directrice et l’ inspecteur.

Adieu filles des îles, Adieu ile de beauté…

Adieu Saint-Pierre ! Au revoir Miquelon ! Et bien le bonjour à la Nouméa pacifique…
Voilà donc une France esseulée, enfermée dans un hexagone à peu près régulier.
Comment voulez-vous que, ceints par les  six côtés d’un polygone, les Français  pratiquent sereinement des langues étrangères ?

La France est seule ! Voyez, le reste du monde est porté disparu.
L’océan Atlantique lui-même s’est presqu’entièrement évaporé, la Méditerranée a égaré ses côtes africaines, l’Italie a perdu sa botte (dans l’Adriatique ?), la Suisse a été répudiée par sa partie germanophone, l’Allemagne… réduite à peau de chagrin (pourtant la guerre est finie, nom de Dieu !).
Et la Belgique ? Inutile d’en parler.
Les Pays-Bas, eux, n’existent plus, la mer du nord n’est plus qu’un petit estuaire, l’Espagne a liquidé Valladolid et ses controverses.
La Grande Bretagne… privée de Londres, et de l’appel du 18 juin… Ne reste à l’Angleterre qu’une misérable bande de terre sudiste.
Entre nous, c’est bien fait pour eux.
Car vous savez, j’espère !, qu’ils nous ont volé l’Amérique en 1763 ?
Nous avions accompli, sur le nouveau continent, l’œuvre que paracheva César sur l’Europe. La Nouvelle-France, oui, était digne d’un empire romain, jusqu’à ce que les barbares anglais ne la démantèlent…
Ils ne nous ont laissé que les Antilles.

Certes, un dénommé Choiseul nous avait eu la Corse et … peuh… La Lorraine.
Puis la Savoie s’est jointe à nous. Après l’Afrique évidemment.
Et il ne nous resterait que la Francofaunie ?
Comme si ça ne suffisait pas, voilà que la Corse et les Antilles s’envolent.
Ne reste que l’hexagone…

Non, ce n’est pas une rumeur. C’est l’éducation nationale qui me l’a révélé. Classe de CM1, 1ère leçon de géographie, contrôle vendredi matin. L’éducation nationale est le messie, elle délivre la parole, toujours ouverte, de l’évangile ultra-laïc.

N’empêche, vous imaginez un peu si la France était restée en Amérique ?
C’est vrai, elle est restée en Afrique, et on a vu ce que ça avait donné. Mais si elle avait gardé l’Amérique !

Obama serait un trappeur canadien.

Luther King travaillerait pour TF1.

Oprah Winfrey ne serait jamais sortie de sa banlieue (ils ne veulent pas s’intégrer).

Et les Latinos seraient nos Arabes.

Si seulement Napoléon n’était pas mort en exil…

Pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Les Antilles et la Corse abandonnent la France !

  1. François Prunier dit :

    Les frontières et la culture, vaste débat… On se dit que les frontières, la patrie, sont des notions très relatives mais pourtant, d’une frontière à l’autre, on ne vit pas de la même façon, on ne voit pas les choses de la même manière. « Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà », notait Pascal…

  2. François Prunier dit :

    Les frontières et la culture, vaste débat… On se dit que les frontières, la patrie, sont des notions très relatives mais pourtant, d’une frontière à l’autre, on ne vit pas de la même façon, on ne voit pas les choses de la même manière. « Vérité en-deçà des Pyrénées, erreur au-delà », notait Pascal…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *