Bonne fête, les morts !

Aujourd’hui la toussaint.

Je rends un hommage particulier à l’un de ces morts, âme damnée qui s’ est infiltrée, je le jure, dans les minces tuyaux de ma fibre optique.

L’affaire commence hier. A peine levée ( tôt),  je me connecte  sur votre blog chéri, pour vous pondre ma bonne humeur. Elle est déjà mauvaise,  elle empire : je découvre, enfer et damnation ! que mon blog est hanté ! Un enfoiré d’esprit errant  a pénétré mon serveur web pendant la nuit, faisant totalement disparaître et le blog et le site…

C’est ainsi que me fêtent les morts ?

Un exorcisme s’impose.

Crucifix en mains, j’entre dans mon serveur web.  De toiles d’araignée l’infestent, il est dévasté…  Rendue à l’emplacement de mes fichiers, je m’aperçois qu’ils ont tous disparu !

Ainsi, les morts cambriolent les serveurs distants, nuitamment.

Ô âme damnée, sache que je ne crains pas la faucheuse.

Tout le jour, sans peur et sans reproche, je sonde les voies impénétrables de la fibre optique. Au bout d’une très, très longue séance de désenvoûtement, oui, mes frères,  je triomphe du vilain, je trouve le salut, même s’il a une sale gueule : je vous prie d’excuser la vilaine apparence de mon blog. Comprenez qu’il vient de traverser une expérience paranormale et traumatisante.  Je m’occuperai de  sa cosmétique très prochainement.

Ah les morts ! Parlons-en ! Ils nous jalousent, savez-vous ? Et font disparaître nos blogs  par envie.

Cela dit, il faut les comprendre.

Comprenons-les.

Si certains sont enterrés dans le respect de leur intégrité corporelle ( bon appétit, les vers ),  d’autres sont privés de leurs  organes avant d’être livrés aux asticots.

Beaucoup sont  soumis à la diète crématoire, un régime sec,  programme d’auto-combustion des calories. Très vite, le mort maigrit, il n’a même plus la peau sur les os, ne reste de lui qu’une poudre hétérogène. Un rêve d’anorexique.  Mais qui aimerait se voir  stocker dans une jarre, ou une vieille boite à cigares ? Celui qui est venu me déranger  a peut-être fini  dans une boite de chocolat vide. A travers moi, il se venge  d’un affront dont je ne suis pas responsable.

Ou alors… serait-il de ceux qu’on a réduit en poudre dans des grands mixers made in Guantanamo ? Ou Abu Grahib ? Mis en bouillie de leur vivant,  pour le bien de la démocratie, ces massacrés auraient de quoi nous quereller.

Mais ne nous laissons pas émouvoir par les morts, fussent-ils mixés.

La population baisse et ils ne cessent d’augmenter. Ils ne cotisent pas pour la retraite. Ils squattent impunément les cimetières et les charniers. Certains se payent le luxe de sortir de leur tombe le samedi soir pour allez hanter les vivants, ou pirater mon serveur. Et il faudrait leur rendre grâce une fois par an ? S’inquiéter des flux migratoires plutôt que des flux mortuaires ?

Des milliers d’hectares leur sont concédés, quand des milliers d’abris errent dans les rues. Des jours sont chômés pour les enterrer ou les  honorer. Est-ce bien laïc ? Le culte des morts ne doit-il pas se restreindre à la vie privée ? Qui sont les intégristes qui prétendent mêler les morts à l’espace public ?

Les morts sont un fléau.

Je n’irai pas déposer une fleur sur leurs tombes. Les morts ne me pourriront ni la vie, ni la fibre optique.

Mais faisons-leur la fête, en effet.

Que chacun s’arme d’une pelle pour aller déloger leurs ossements des catacombes, expulser leurs reliquats  du cimetière du père Lachaise !

Une fois ces espaces réquisitionnés,  nous y planterons  des vergers, dresserons quelques habitations à loyer modéré, monterons deux ou trois centres de santé, changerons de serveur web.

Ces infrastructures nouvelles feront le bonheur des vivants,  qui apporteront la preuve, subsidiairement, qu’ils sont de bon Français ( ou de bons Américains ).

Bonne fête les morts !

Pour marque-pages : Permaliens.

10 réponses à Bonne fête, les morts !

  1. jughes dit :

    Dans mon quartier on est laïques, ma boulangerie est ouverte même pendant la Tousaint :
    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-20e-une-femme-tuee-par-balle-en-pleine-rue-31-10-2010-1130748.php

  2. jughes dit :

    Dans mon quartier on est laïques, ma boulangerie est ouverte même pendant la Tousaint :
    http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-20e-une-femme-tuee-par-balle-en-pleine-rue-31-10-2010-1130748.php

  3. Satan dit :

    Voilà Besso-Buffy ! Cassez-vous les vamps ! Planquez vos fesses (ou attention au coup de pieu).
    Note que c’est vrai, Buffy serait peut-être un brin plus puissante encore si elle était métissé café au lait, avec tout l’imaginaire collectif du Vaudou (brrrrrr…).
    Le titre, super ! Quand je l’ai lu, j’ai éclaté de rire ! Les dessins, très bons, drôles et corrosifs ! Le texte, hilarant et poétique et avec de petites pointes de critiques sociales acerbes bien senties ! Bref, c’est du grand Bessora.
    Mais les morts… moi j’préférerais qu’y rien pour nous après la mort, que le néant, terminé, basta, l’inconvénient d’être né si douloureux à Cioran est déjà assez insupportable comme ça… mais, si y a autre chose, j’aimerais bien être accueilli de l’autre côté par mon petit chat décédé la semaine dernière, par Marguerite du Plessis (la dame aux camélias), par Valérie Valère pour qui j’ai une tendresse fraternelle (si si), par qui encore ? Peut-être Victor Hugo, encore qu’il était bien prétentieux (mais il était si excellent). En attendant, la vie c’est pas si mal, j’ai passé une super nuit Halloween chez Cris et Chuchotements : aïe aïe aïe, en ce moment la position assise devant mon micro m’est délicieusement pénible (les filles ne m’ont pas raté, elles sont trop top ces tigresses…). Vive l’enfer ! sur papier bible ou sur écran…

  4. Satan dit :

    Voilà Besso-Buffy ! Cassez-vous les vamps ! Planquez vos fesses (ou attention au coup de pieu).
    Note que c’est vrai, Buffy serait peut-être un brin plus puissante encore si elle était métissé café au lait, avec tout l’imaginaire collectif du Vaudou (brrrrrr…).
    Le titre, super ! Quand je l’ai lu, j’ai éclaté de rire ! Les dessins, très bons, drôles et corrosifs ! Le texte, hilarant et poétique et avec de petites pointes de critiques sociales acerbes bien senties ! Bref, c’est du grand Bessora.
    Mais les morts… moi j’préférerais qu’y rien pour nous après la mort, que le néant, terminé, basta, l’inconvénient d’être né si douloureux à Cioran est déjà assez insupportable comme ça… mais, si y a autre chose, j’aimerais bien être accueilli de l’autre côté par mon petit chat décédé la semaine dernière, par Marguerite du Plessis (la dame aux camélias), par Valérie Valère pour qui j’ai une tendresse fraternelle (si si), par qui encore ? Peut-être Victor Hugo, encore qu’il était bien prétentieux (mais il était si excellent). En attendant, la vie c’est pas si mal, j’ai passé une super nuit Halloween chez Cris et Chuchotements : aïe aïe aïe, en ce moment la position assise devant mon micro m’est délicieusement pénible (les filles ne m’ont pas raté, elles sont trop top ces tigresses…). Vive l’enfer ! sur papier bible ou sur écran…

  5. Bessora dit :

    Satan is the best !!!!

  6. Bessora dit :

    Satan is the best !!!!

  7. Le vrai et seul Bruno dit :

    Voilà un billet plein d’humour ! Vous l’avez pensé, vous l’avez fait. Aucun respect pour nos ancêtres, je vous reconnais bien là. Moi qui vous lis depuis votre premier papier, je ne suis pas étonné. Vous oubliez cependant que si nous sommes vivants aujourd’hui, nous le devons à nos morts. La foi nous anime et sans elle, nous ne serions que des corps inertes. Louons les hommes qui ont donné propriété de terrain à nos disparus. Ils restent là, tout près de nous et nous accompagne dans l’épreuve quotidienne de la vie. Croire n’est pas qu’un verbe, c’est un mode de vie.
    Que serait le fleuriste du coin sans son cimetière ? Un futur chômeur. Oui, le mort continue, par sa présence sous-terraine, de pratiquer l’échange économique. Sa disparition serait la mort d’un certain commerce. Croyez-vous que le moment est bien choisi ?
    JNSVP

  8. Le vrai et seul Bruno dit :

    Voilà un billet plein d’humour ! Vous l’avez pensé, vous l’avez fait. Aucun respect pour nos ancêtres, je vous reconnais bien là. Moi qui vous lis depuis votre premier papier, je ne suis pas étonné. Vous oubliez cependant que si nous sommes vivants aujourd’hui, nous le devons à nos morts. La foi nous anime et sans elle, nous ne serions que des corps inertes. Louons les hommes qui ont donné propriété de terrain à nos disparus. Ils restent là, tout près de nous et nous accompagne dans l’épreuve quotidienne de la vie. Croire n’est pas qu’un verbe, c’est un mode de vie.
    Que serait le fleuriste du coin sans son cimetière ? Un futur chômeur. Oui, le mort continue, par sa présence sous-terraine, de pratiquer l’échange économique. Sa disparition serait la mort d’un certain commerce. Croyez-vous que le moment est bien choisi ?
    JNSVP

  9. Ping :Bessora Blogue - L’Esprit Frappeur de ma Fibre Optique

  10. Ping :Bessora Blogue - L’Esprit Frappeur de ma Fibre Optique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *